02well-gifted-custom2

“Maman j’ai trop de muscles…L’athlétisme me fait des grosses cuisses! Ils se voit trop et c’est moche!” . 3 années de sport ont fuselé le corps de ma fille et depuis quelques semaines elle ne supporte pas de le voir  se gainer. Pour elle (pour moi?) un joli corps est: fin et dépourvu de muscles apparents, le galbe et la tablette de chocolat c’est un truc de mec…Et c’est perdre son genre féminin. J’étais prête à lui faire un discours du genre: “Mais on s’en tape, un corps d’athlète c’est beau!” quand je me suis rendue compte que pour moi aussi un corps d’athlète reste beau dans un stade. Mmmm…Honte! Je me pensais libérer de tout conformisme, ouverte à la diversité des corps mais  mes standards de beauté sont influencés par les codes de ma société. A bombarder ma fille d’images mode qui glorifient ce type via mon blog, les magazines que je lis, à geindre certains matins sur mes rondeurs,  je participe au développement de son complexe. La clé de tout changement est de se rendre compte de ce que l’on est: pour aider ma fille à aimer ce corps si beau qu’elle s’est forgée si durement (Admiration quand elle court 1 heure sous la pluie, la neige ou/et le froid…Et sans broncher) je dois moi-même revoir ma façon d’appréhender la beauté.

M.

“Mom I have too much muscle … Athletism makes me big thighs! And it’s ugly!” . 3 years sports have streamlined the body of my daughter and for a few weeks she can not stand to see this shape. For her (and for me?) a nice body is: thin and devoid of visible muscles, the curve and the chocolate abs is a guy thing … And you lose your female gender. I was ready to give her a speech in the way: “But we do not care honey, athletic body is beautiful!” when I realized that for me  an athlete’s body is beautiful in a stadium. Mmmm … Shame! I thought I was free of all conformism, open to the bodies diversity but my beauty standards are influenced by my society codes. Every day I expose my daughter to fashion images that glorify the skinny  type via my blog, through magazines I read, some mornings when I complain on my curves, I participate in the development of her complex. The key of change is realizing where we are: to help my daughter to love this beautiful body she has earned so hard (I admire her when she runs one hour in the rain, snow and /or cold … And with no hesitation) I have to review  my way of looking at beauty.

M.

Crédit image: Tmagazine.com

Advertisements