L’hiver, mon luxe est de me retrouver noyée sous une avalanche de laine. Je parviens à cet idéal avec un manteau Isabel Marant et mon pull Gap. Loin des canons esthétiques ambiants qui requièrent un corps d’oiseau pour rendre cet allure sartorial, je me fiche du quand dira -t’on et privilégie le confort avec mon gros collant en laine et des boots ACNE. Dans mon premier post de style, je parlais de la difficulté à réaliser un article sur la frusque mais ma discussion avec Isabelle m’a amené à me poser d’autres questions sur les blogs de Mode, sur ce qu’ils révèlent de notre société. Pendant notre déjeuner parisien, Isabelle esquisse une réflexion sur ces looks vus sur la toile, par exemple cette recherche permanente de nouveautés, de pièces et d’accessoires n’expriment-elle pas deux choses:

1. Notre société fondée sur la consommation, doit-elle forcément survivre (dans le cas de la Mode prospérer…) par la sur-consommation de produits?

2. Le succès d’un blogger de style est-elle uniquement fondé sur sa capacité à renouveler sa garde-robe?

In winter my luxury is drowning myself in an avalanche of wool. I reach this ideal with Isabel Marant coat and my sweater Gap. Far from established aesthetic  that requires a bird’s body to make this sartorial style, I do not care and enjoy this intolerable comfort with my black wool tights and boots ACNE. In my first post style, I talked about the difficulty of making an article on style but my discussion with Isabelle led me to ask me more questions about Fashion blogs as well as what they reveal about our society. During our lunch in Paris, Isabelle sketched  questions on the looks seen on the web: in example, the constant search for “news in store” and accessories may express two things:

1. Society based on consumption, does it must  survive (in the case of Fashion prospers…) by over-consumption of products?

2. Is bloggers style success based only on their ability to renew their wardrobe but not the content of their sites?

Il est difficile de répondre à ces questions alors que plusieurs éléments de notre société ont marqué notre façon de consommer. Je crois que fondamentalement la mode est un art et la créativité, la recherche permanente de nouveaux concepts poussent à ce renouvellement. De plus, la mondialisation a crée une compétition infernale dans l’industrie pour conserver ses parts de marchés (en Occident) et conquérir de nouveaux (en Asie) . Et ne parlons de  la révolution internet qui a contribué a diminué la durée de vie des idées et silhouettes crées la saison passée. En effet, après avoir vu en boucle une pièce (exemple les baskets compensée d’Isabel Marant) sur un podium, dans les magazines, les blogs, dans la rue notre saturation est atteinte plus rapidement . C’est là que j’apprécie la talent des bloggers de style à intégrer,  faire évoluer le garde-robe et les shootings qui sauront mettre en valeur toutes ces créations crées à la vitesse de la lumière parfois, et même trop souvent au détriment de la santé psychiques des designers et de leurs équipes.

It is difficult to answer these questions while many elements of our society have shaped our way of consuming. I think fashion is basically an art and creativity is constantly looking for new ideas to grow this renewal. Moreover, globalization has created a hellish competition in the industry to maintain its market share (in the West) and conquer new one (in Asia). And  if we talked about the Internet revolution, it has helped to reduce the life of ideas and silhouettes created last season. In fact, after seeing a piece  (eg sneakers of Isabel Marant) on a runway, in magazines, blogs, in my streets, the saturation is reached faster. This is why I appreciate so much the talent of style bloggers who are to integrate, develop identity and highlight all these creations. Even if often at the expense of mental health of designers and their teams.